Psychogénéalogie : La métaphore du rôti


3 min lu
04 Jan

Merci à Grégory Grand (http://virtuose2lavie.com/gregory-grand/pour cette métaphore que j'adore et qui illustre tellement bien les schémas familiaux que nous reproduisons  :


"C’est l’histoire d’une femme qui adore cuisiner.


Lorsqu’elle cuisine, elle sait qu’elle va se détendre et passer un bon moment.

Elle met d’abord un doux fond musical, enfile son superbe tablier bleu clair à rayures blanches et chantonne en pensant au bon petit plat qu’elle va préparer.


L’un des plats pour lequel elle excelle, c’est le rôti.


En entrant dans cette maison, vous sentiriez les effluves d’un doux parfum de rôti en train de dorer au four, accompagné de sa petite poêlée de légumes aux champignons et de ses patates douces servies en robe de chambre.


Un jour, le fils de cette femme lui demande : maman, pourquoi coupes-tu le rôti en deux avant de le mettre au four ?


La mère, n’ayant jamais pensé à cette question, reste interrogative…

« Je ne sais pas mon chéri, j’ai toujours vu ma mère faire comme cela. »


Intrigué, le petit garçon décroche alors le téléphone et appelle sa grand-mère :« Mamie, pourquoi est-ce que tu coupes toujours le rôti en deux avant de le  mettre au four ? »


La grand-mère, aussi surprise que sa fille, lui répond :


« Bah…  je ne sais pas trop mon petit, j’ai toujours vu ma propre mère faire cela. C’est comme ça qu’elle m’a appris ».


Le petit garçon, ayant la chance d’avoir encore son arrière-grand-mère, l’appelle et lui demande :


Mémé, pourquoi coupes-tu le rôti en deux lorsque tu cuisines ?


« C’est très simple mon lapin, c’est parce que mon four est trop petit : je suis donc obligée d’utiliser un plat qui rentre et pour pouvoir mettre le rôti dedans, il faut le couper en deux ».


Quelle leçon tirer de cette histoire ?


Quel est votre rôti à vous ?


Combien y a-t-il de choses que vous faites aujourd’hui sans réellement savoir pourquoi vous vous y prenez comme ça ?


Pensez-vous qu’il soit possible que vous continuiez à « honorer » des traditions familiales alors qu’elles n’ont plus de sens aujourd’hui ?


Êtes-il possible que vous restiez dans un métier qui vous ennuie pour faire plaisir (consciemment ou même… inconsciemment) à votre lignée familiale ?


Êtes-vous d’ailleurs sûrs de l’avoir librement choisi ce métier ?


Je pense que bon nombre de nos choix ne sont pas aussi « libres » que ce qu’on aime à penser.


Lorsqu’on s’intéresse à la psychogénéalogie, on découvre des choses hallucinantes. On pense faire des choses grâce à notre libre-arbitre.


Puis l’on s’aperçoit qu’il est possible que notre libre-arbitre soit en fait guidé par de véritables schémas, qui proviennent des générations au-dessus. Qui faisaient les mêmes choses, au même moment de leur vie.


Ou alors, que nos actions viennent en fait réparer certaines problématiques que nos ancêtres ont vécu (sans pouvoir eux les résoudre).


Il est toujours puissant de s’en rendre compte, pour pouvoir évoluer.


Et agrandir notre part d’emprise sur notre propre vie.


Et vous ? Sur laquelle de vos habitudes allez-vous mettre un peu plus de conscience aujourd’hui ?"


Source : http://virtuose2lavie.com

 


Les chiens ne font pas des chats

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.